• IA Mania
  • Posts
  • IA Mania #4 Comment intégrer l’IA à votre vie pro 

IA Mania #4 Comment intégrer l’IA à votre vie pro 

Comment intégrer l’IA à votre vie professionnelle.

Durée de lecture : 13 minutes.

Bonjour, 

Vous lisez IA Mania, la newsletter qui décrypte chaque lundi les enjeux business marketing de l’intelligence artificielle et vous partage les nouvelles et outils de la semaine. 

 Au programme de cette édition : 

  • Comment intégrer l’IA à votre vie professionnelle

  • 5 actus IA à ne pas manquer

  • Test d’outil

1- Fini de trouver des excuses : intégrez l’IA à votre vie pro

La semaine dernière on vous demandait :


Merci d’avoir été si nombreux à répondre. Si vous n’avez pas encore reçu de retour ne vous en faites pas, ça arrive très vite.

On a été surpris : beaucoup d’entre vous n’ont aucune idée de comment intégrer concrètement l’IA à votre métier ou business. 

Gagner en vitesse, en productivité ? Vous ne voyez pas comment dégager de la bande passante pour vous concentrer là où ça a le plus d’impact.

Dans cet article, nous allons vous raconter l’histoire d’un lecteur de cette newsletter et entrepreneur innovant, qu’on a interviewé pour vous.

Il a travaillé avec Cartier, Manchester City, Décathlon, le barreau de Paris.

Il a accepté de nous parler pour vous montrer comment il mobilise l’IA de manière innovante dans son studio de production audiovisuelle, milieu artistique traditionnellement (très) réfractaire à l’IA. 

Après cette lecture, vous n’aurez plus d'excuses pour ne toujours pas employer l’IA.

a- IA + Audace : la nouvelle formule du succès entrepreneurial

"En 6 ans j'ai eu exactement deux retours négatifs sur ce nom, TaisToiDonc. Les gens perçoivent immédiatement l'humour derrière. Il y a eu cette affirmation dès le départ, dès la formation de l'entreprise, de dire : ras le bol des identités d'entreprises gentilles, hypocrites, pseudo-bienveillantes. On va essayer de créer une entreprise drôle, humaine, qui s'adresse à l'intelligence de tous. On propose quelque chose d'original. On n'hésite pas à provoquer."

Ça annonce la couleur. 

François est un disruptif dans l’âme qui se spécialise dans les films d’entreprise, avec passion.

Et ça fait toute la différence.

Sa carrière est marquée par des ruptures technologiques. Ceux qui ne s’adaptent pas vite sont à la ramasse.

“Quand j'ai fait mon école de cinéma, on faisait le  montage sur des tables où on collait les morceaux de pellicules ensemble. Quand j’en suis sorti, le montage numérique est arrivé. Tout ce que j’ai appris pendant 3 ans est immédiatement devenu de l’histoire ”

S’il avait laissé tomber, nous n’écririons rien aujourd’hui.

Mais les clés de l’entrepreneur à succès, c’est de dépasser ses croyances limitantes pour prendre des risques audacieux et saisir les opportunités. 

Cocktail d’anticipation et d’adaptation qui avec l’arrivée de l’IA prend encore plus de sens aujourd’hui.

“Final Cut et Premiere Pro sont arrivés. Et il y a eu la révolution de la vidéo sur Internet. J'ai mis ma première vidéo sur Internet en 99. Puis j’ai réalisé une série, 1M, faîte de 79 films, dont  l'idée était d'essayer de produire des vidéos liées à Internet, des vidéos pour Internet. Il y avait ce besoin d'expérimentation. Ce n'est pas un hasard si je me retrouve à tester et à utiliser l’IA à fond parce que pour moi, c'est un terrain de plaisir. C'est incroyable. Tout est à explorer.”

322’000 vues… en 2006 !! Cela représente près de 1% des utilisateurs de  YouTube à l’époque. C’est l’équivalent de 27 millions de vues aujourd’hui.

Si l’IA suscite autant de peur que d’enthousiasme, voici comment réagir quand les outils qui devaient juste accompagner nos carrières, bousculent nos méthodes et connaissances...

b- Intégrer l’intelligence artificielle est possible, même dans un milieu où ça fait scandale 

…Imaginez en plus que votre industrie vous persuade de ne pas transitionner vers l’IA. 

“Il n'y a pas longtemps, un réalisateur m'a dit à propos d’un film réalisé en partie avec RunWayML : t'es complètement fou. Tu as fait ça trop tôt, tu as pris trop de risques.”

Traduction : dans le milieu artistique, c’est surtout de la peur.

“Mais mes collaborateurs étaient complètement pour l’IA. On recherche en permanence de nouveaux moyens de s'exprimer et d'exprimer les idées des entreprises avec qui on travaille.”

François a toujours orienté sa culture d’entreprise autour de la curiosité et de l’innovation. Il croit en ses projets et en son instinct qu’il affûte depuis 20 ans.

“Il y a beaucoup d'artistes qui ont l'impression que ça va leur prendre leur travail. Donc, contre-intuitivement, les artistes sont les derniers à s'adapter.” 

Être avant-gardiste, c’est oser être à contre-courant et bousculer le statu-quo. Et ça fera toujours des mécontents. Les haters peuvent parler, le dernier mot appartient toujours au client.

“Le spectateur ne voit pas de l'IA, ça ne fait pas un truc jamais vu. C'est une photo animée et qui aurait pu l'être par un humain. L'IA est intéressante parce que ça m'a permis de faire le film en un mois.”

Ce que François veut dire par “un truc jamais vu” c’est qu'il n’y pas question ici de sacrifier la qualité. On délivre le même travail, mais beaucoup plus vite. 

Une affirmation qui va contre ce sentiment face aux créations IA, “c’est rapide, mais c’est nul”. Chez TaisToiDonc, ne gardez que la première partie. 

“La critique qui est plus profonde est que l'IA pique le métier des autres. C'est un sujet dont on peut parler.”

On y vient, mais d’abord : 

c- Concrètement, intégrer l’IA à son workflow dans un studio de production, ça ressemble à quoi ? 

Beaucoup de nos lecteurs sont des professionnels qui s’intéressent de près à l’IA, qui ne savent pas encore tout à fait comment en tirer des gains concrets. 

Ils supposent qu’ils n’ont pas choisi le bon métier pour être accéléré par l’IA. Qu’ils ne sont pas dans la bonne industrie.

“Les liens entre ChatGPT et l'audiovisuel, c'est complètement abstrait pour la plupart des gens, je pense.”


Intense session de R&D

Au début, on ne voit pas exactement comment l’IA peut nous accélérer. C’est normal.

Pour cette raison, il est crucial de passer par une phase de recherche et développement. 

François nous partage son processus.

“On fait des tests pour nous-mêmes, chacun de notre côté. Puis on fait des réunions pour mettre en commun ce que chacun a trouvé. Pour certains outils, pas sûr d'avoir encore compris à quoi ça pourra servir, mais on le fait pour voir qu'est-ce qu'on pourrait en faire.“

Cette phase peut probablement être réitérée jusqu’à la fin de vos carrières. Côté workflow et quotidien, son équipe est plus terre à terre. 

“Notre commercial voit Chat GPT comme la meilleure arme contre la peur de la page blanche. Il balance un premier truc peut-être nul, mais la plongée est faite. C'est un briseur de glace. Ça repousse la procrastination, avec plaisir en plus ! En général, il y a 2-3 idées intéressantes, on balance tout et on réécrit.”

Le dirigeant explique aussi converser avec le bot sur des sujets divers, comme s’il avait à faire à un assistant gratuit, à qui on pose des questions qu’on met en relief ensuite.

“C'est un peu compliqué à expliquer, mais la créativité, il y a la sienne, et il y a la mienne face à la sienne. Ces deux créativités, ce n'est pas ma créativité qui est améliorée, c'est le fait qu'il aille chercher des données à droite et à gauche qui renouvellent mes propres idées”

Et il trouve de l’humour dans les artefacts et hallucinations d’IA.

“Je lui ai demandé de me créer des images avec le nom TaisToiDonc dans la jungle, écrit en néon. Il n'a jamais réussi. C'est Taisto, Tetodoc, Taitodon, n'importe quoi. C'est très drôle. On l'a mis en boucle sur un écran géant dans le bureau, ça fonctionne très bien, ça fait rire les clients qui viennent.”

d- Applications avancées.

TaisToiDonc, c’est aussi des avancées plus poussées qu’on n’attend pas forcément d’un milieu artistique. 

Par exemple créer son propre GPT, orienté création vidéo, qui permet de trouver des solutions quand on veut faire une vidéo mais qu'on ne sait pas par où commencer.

“On l'améliore tous les jours une demi-heure, on pense à ce qui est important pour nous et les gens avec qui on travaille (...).Par exemple on a intégré une aide à l’écriture de scénario, ou encore les bases de données des producteurs français.”

Au-delà de l’employer comme ambassadeur du savoir-faire du studio, il est aussi ambassadeur de la façon dont le client est traité.

On l'a formé à toujours poser des questions. Quand on arrive sur ce GPT, il cherche à comprendre le client et son besoin, puis il propose des solutions. Il est destiné à résoudre les problèmes que rencontrent habituellement nos prospects. On a essayé de faire un truc sérieux pour qu'éventuellement ça revienne à nous parce qu’on l’a créé, et que forcément on est spécialistes du sujet. Mais on n'a pas mis “appelez TaisToiDonc”, quel que soit le problème”

Résoudre les problèmes des clients sans forcer la vente, une bonne manière de provoquer une consultation en face à face. Cela suscite de la reconnaissance et rend l’expérience client plus fluide.

e- Innover, rechercher, développer… ça sert à quoi si ça ne rapporte pas ?

Réduire la procrastination et fluidifier l’expérience d’onboarding du client, c’est déjà très bien.

Mais on ne peut pas s’empêcher de demander où est le réel money maker ? 

C’est dans son tout dernier gros projet que François a pu tirer son épingle du jeu, grâce à son goût pour l’innovation.

On est en novembre et l’aquarium de Biarritz le contacte. Il leur faut un film d’inauguration célébrant les 90 ans du site qui accueille 86 000 visiteurs annuels… en décembre. 

Et la documentation sur les débuts de l'aquarium dans les années 1930, c’est quelques archives et ressources visuelles. 

“On voulait amener quelque chose de différent, il fallait une partie d'animation : donc on a fait des tests. L'idée étant de prendre des photos d'époque, 1933 et même avant, en 1890, et de les animer.”

L’équipe connaissait Runway ML Gen2 depuis un moment mais n’avait jamais eu de réelle occasion de tester sa valeur sur le terrain, encore moins pour un projet aussi ambitieux.

Ça fonctionne, mais ce n’est bien entendu pas la solution miracle. Seuls 5 à 10 % des générations sont exploitables.

5 à 10% de gain avec l’IA, ça devrait vous rappeler quelque chose…

Une des nombreuses générations inutilisables.
“RunWay n’aime pas les phoques”.

Avec un délai aussi court, n’importe quelle agence aurait pu se tourner vers la facilité, “sortir un diaporama que tout le monde peut faire”, et personne ne leur en aurait voulu.

Car côté annonceur (certains lecteurs se reconnaîtront), espérer trouver l’agence qui vous produira LE film impactant, tout en portant votre message d’entreprise, c’est mission impossible.

On est tous accoutumés à l’idée que film d’entreprise = film chiant. Ne parlons même pas d’impact. Il ne sera ni vu, ni passionnant. 

Au pire, vous plantez votre discours d’entreprise. Au mieux, vous avez juste cramé quelques milliers d’euros, et votre vidéo a eu trente likes sur LinkedIn (ceux de vos collaborateurs).

 “Quand le client fait appel à une entreprise, c’est qu’elle connaît quelque chose que lui ne connaît pas. Pour la vidéo c’est identique. C’est aussi notre cas : quand nous recevons un client, nous ne le connaissons pas. L’écoute est donc principale, des deux côtés.”

Le produit final qui sera vu par le client.

Donc en plus d’utiliser l’IA pour gagner en vitesse, il l'utilise pour résoudre des problèmes qui étaient auparavant irrésolvables.

“À six mois près, ce n'était pas possible.”

f- Posez ces anxiolytiques : l’IA est votre opportunité métier.

La critique principale que reçoit François de ses confrères, c’est qu’il vole une opportunité de travailler à un animateur. 

Est-ce réellement si simple ?

Le lendemain de l’interview, OpenAI dévoile Sora qui remet à plat tout ce qu’on pensait savoir sur l’IA dans l’audiovisuel. Une annonce qui rend cette question encore plus cruciale que jamais.

“C'est juste un outil, les gars. Calmez-vous. Outil qui va changer nos vies, certes. Mais c'est juste un outil. Ce n'est pas Terminator.”

Alors voici l’idée : c’est surtout le rapport à votre métier qui va changer. 

Comme à l’époque du cocher qui craignait la voiture, ne soyez pas aveuglés par la peur du remplacement, questionnez plutôt les bouleversements engendrés.

Dans la révolution automobile, c’est le rapport aux distances qui a changé. Dans celle de l’image…

“C’est le parcours de mon travail dans l'entreprise qui va changer. Le fait que les IA aillent chercher des données à droite et à gauche renouvelle mes propres idées et me pousse à faire des projets. Il est possible que je fasse un film d'animation et je peux le proposer à un client, ce que je n'aurais jamais fait il y a un an. L’IA offre de la créativité, de la rapidité, mais aussi une offre qui s'agrandit.”

Vous seuls connaissez assez votre industrie pour estimer l’impact qu’aura l’IA sur votre quotidien professionnel.

Les opportunités sur la force de proposition et l’étendue de l’offre mises à part, François considère que l’intelligence artificielle reste avant toute chose… un outil.

Elle ne fait pas le travail pour nous, elle nous assiste.

“Contrairement à ce que disent ou ce que pensent les gens, tu es obligé de réécrire en fait, ça ne correspond jamais à ton idée de départ. Mais la base, l'énergie même que ça donne, c'est génial, c'est fantastique.”

C'est aussi un accélérateur de temps.

Les visuels produits pour l'aquarium auraient pu être ceux d’un animateur. Mais ça aurait pris un mois, sans prendre en compte les modifications demandées par le client. 

“En temps normal, on prendrait encore une semaine. Là, je rappuie sur un bouton et cinq minutes après, j'ai une nouvelle proposition.”

Et puis utiliser l’IA, c’est aussi être créatif.

“Je me souviens d'un après-midi devant Runway, à tout tester. Ce qui était intéressant, c'est la manière dont j'étais devant lui… c'était un acte créatif. Pourtant, je n'étais pas en train de filmer ! Ça se jouait à un déplacement de mots près, à un coup de pinceau sur l’image à droite plutôt qu’à gauche. Il  y avait presque une sensation de création manuelle. Je me sens bien quand je crée et là, c'était le cas. Cette sensation m'a vraiment étonné.”

PS : L’interview de François a duré une heure trente, qu’on n’a pas vu passer.

Retrouvez-la en entier sur le blog. On y aborde en profondeur les enjeux d’une entreprise face à l’IA, en adoptant la posture d’un entrepreneur innovant qui met la technologie en relief.

On y parle aussi du parallèle entre les IA et les avocats, de l’histoire d’une créatrice de 22 ans qui a utilisé l’IA pour se retrouver exposée en galerie aux côtés de Banksy, et de l’étrange haine de l’IA envers… les phoques. 

On est persuadés que cela remuera vos idées et vous aidera à être du club de ceux qui tireront profit de ce progrès qui fera bientôt partie intégrante de notre quotidien professionnel.

g- Travailler avec François

Si vous êtes vous-même dirigeant ou membre de la team marketing / RP de votre entreprise, en recherche d’une agence de production qui saura révéler la force de votre discours corporate et faire honneur à vos heures de brainstorm autour de votre manifesto, parce que vous en avez assez de voir votre claim retomber comme un flan dès que vient l’heure de le mettre en image… 

Pour nos lecteurs qui ne sont pas concernés par cette annonce, on se quitte sur ces mots de François : “On est encore aux débuts de l'IA, mais les gens se trompent sur ce que c'est. C'est avant tout une source de plaisir.”

2- Les actus IA à ne pas manquer

3- Test d’outil

a. Être 100% présent en appel

Comment votre vie serait-elle impactée si vous n’aviez plus à prendre de notes pendant vos réunions, appels stratégiques, appels clients ? 

Être à 100% présent avec votre interlocuteur sans penser à se rappeler de ce que il ou elle a dit, c’est un superpouvoir.

C’est la promesse faite par les assistants de réunion IA.

Il y en a une myriade sur le marché, on ne va pas toutes les nommer mais je vais vous parler de celle qu’utilise quotidiennement depuis 6 mois : Fireflies.ai

À condition d’avoir mon appel à travers une plateforme de vidéoconférence en ligne, Fireflies.ai me permet de  : 

  • Capturer mes réunions mots pour mots et rédiger automatiquement des comptes rendus.

  • Travailler directement sur le transcript de ma réunion avec un chatbot IA pour retrouver et/ou réorganiser des informations

  • Travailler facilement avec mes collègues en automatisant les comptes rendus des réunions sur Slack.

C'est grâce à Fireflies que nous avons pu conduire une interview de 90 minutes sans jamais perdre le fil de la discussion, et retranscrire ensuite avec précision chaque mot échangé, sans aucune perte d'information.

Pour essayer : https://fireflies.ai/  (pas de lien d’affilié)

Si vous lisez cette newsletter et que vous prenez encore des notes manuellement, pourquoi ?

b. Les outils qu’on utilise quotidiennement

  • GPT-4 (30% de cette édition est écrite en collaboration avec).

  • Midjourney.

  • Descript (l’outil qu’on utilise pour condenser 4-8 heures de rush sur 5 caméras et 3 micros différents en une vidéo digeste de 20 minutes).

  • Fireflies (délègue la prise de notes ce qui nous permet d’être entièrement présent en appel).

C’est la fin de cette newsletter.

Merci d’avoir lu cette quatrième édition jusqu’au bout.

Si ce moment vous a plu, ou non, faites-le nous savoir en répondant à cet email.

Je lirai personnellement chacun de vos retours et vous répondrai un à un.

Nous accordons beaucoup de valeur à ce que vous avez à nous dire.

C’était Rayan Dilavar, pour IA Mania